Martyr ou martyre ?

Un martyr vit un véritable martyre.

Le martyr sans e est l'homme supplicié, 
et le martyre avec e est la torture.



4 commentaires:

  1. nous les fèble en ortografes tu nous fée honte. nous sommes tes martire.

    RépondreSupprimer
  2. Et si le martyr est une femme?

    La martyr subit un martyre, il me semble. St Agathe, par ex.

    RépondreSupprimer
  3. Eh bien... non ! Plus communément employé au masculin, le substantif martyr prend la marque du féminin (martyre) quand il s'agit d'une femme martyrisée.
    Mon propos était ici de soulever le doute quand il s'agit d'un (masc.) martyr (ou martyre), mais votre question est intéressante, car on peut légitimement penser qu'un martyr désigne toute personne en souffrance.

    Tout aussi passionnante est l'étymologie du mot martyr, emprunté au latin ecclésiastique (dans le sens de "celui qui a souffert de la torture et est mort pour attester de la vérité de la religion chrétienne", à propos du Christ (1050), mot lui-même emprunté au grec "martur" qui, dans la langue juridique, signifiait "témoin".
    Dérivé du sens religieux, "martyr" est ce qu'on appelle une hyperbole laïque pour parler d'une personne qui souffre beaucoup (physiquement, moralement).

    Quant au "martyre", c'est l'action de témoigner le Christ dans la persécution et, par métonymie, le lieu où est enterré un martyr.
    Le double sens de "mort endurée par la religion chrétienne" et de "défaite sanglante" est attesté dans la Chanson de Roland (1080). C'est par affaiblissement que le mot est employé pour toute grande souffrance physique ou morale (1119) dans la locution "souffrir le martyre" et en parlant d'une situation désagréable.
    (Le Robert, dictionnaire historique de la langue française)

    RépondreSupprimer