Les mots masculins en -ée

Une trentaine de noms masculins, généralement d'un usage peu courant,  se terminent en -ée. Ces noms étaient déjà masculins (ou neutres) dans les langues grecque ou latine. Le e final n'est qu'une trace graphique de la finale latine -um qui a disparu.
  • un androcée (ensemble des étamines - pièces mâles - d'une fleur)
  • un apogée (point où un astre se trouve le plus éloigné de la Terre, et par extension : le plus haut point où une chose puisse arriver) ;
  • un athée (qui nie l'existence de Dieu) ;
  • un athénée (dans l'Antiquité, lieu où les rhéteurs et les philosophes se réunissaient à Athènes ; par analogie : lieu où les savants donnaient des cours publics ; par extension : ces cours mêmes ; aujourd'hui, synonyme de lycée) ;
  • un caducée ;
  • un camée ;
  • un colisée ;
  • un conopée (moustiquaire ; dans un sens liturgique : voile qui recouvre le tabernacle) ;
  • un coryphée (chef de chœur dans le théâtre antique ; grade dans le corps de ballet de l'Opéra de Paris ; personne qui se distingue le plus dans une secte, dans un parti  ou qui, dans un groupe, prend la parole pour les autres) ;
  • un écomusée (musée de plein air) ;
  • un empyrée (dans l'Antiquité et au Moyen Age, c'était la partie la plus élevée du ciel, celle qui été regardée comme le séjour des divinités célestes ou le séjour des bienheureux) ;
  • gynécée (atelier de femmes pour le tissage ; sérail ; en botanique : organes femelles des fleurs) ;
  • un hyménée (mariage) ;
  • un hypogée (construction souterraine destinée à des sépultures) ;
  • un lépidostée (poisson d'eau douce) ;
  • un lépisostée (brochet-lance réputé pour sa chair aphrodisiaque) ;
  • un lycée ;
  • un macchabée ;
  • un mausolée ;
  • un musée ;
  • un nymphée (édifice bâti autour d'une fontaine ou d'un bassin, richement décoré de statues) ;
  • un périgée (point de l'orbite d’une planète où elle est le plus proche de la Terre) ;
  • un périnée (ensemble des tissus entre le sacrum et le coccyx) ;
  • un pongée (tissu léger utilisé pour l'ameublement) ;
  • un propylée (vestibule conduisant à un temple gréco-romain) ;
  • un protée (personne qui change constamment d'apparence, d'attitude ou d'opinion; personne qui joue toutes sortes de rôles, de personnages ; chose qui se présente sous les aspects les plus divers ; en zoologie : amphibien cavernicole ; papillon appelé aussi « azuré des Mouillères ») ; 
  • un prytanée (dans l'Antiquité grecque, édifice public abritant le foyer où brûlait le feu perpétuel, lieu où le peuple invitait à prendre leur repas les personnes qu'il voulait honorer ; sous la première République, maison d'instruction publique ; On appelle encore aujourd’hui Prytanée le Collège militaire de La Flèche) ;
  • un pygmée ;
  • un scarabée ;
  • un sigisbée (chevalier servant) ;
  • un spondée (pied de deux syllabes longues) ;
  • un trochée (pied formé de deux syllabes, une longue et une brève ; à ne pas confondre avec une trochée : bouquet d'arbres réunis par le pied) ;
  • un trophée ;
  • un zée (autre nom du saint-pierre, poisson)


Ouf ! bon nombre de ces mots-pièges sont tout de même d'un usage très très restreint, limitant ainsi les risques de fautes !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire